Dans la Loire, les objets connectés deviennent réalité.

Le SIEL-Territoire d’énergie Loire est l’un des clients de longue date de SERFIM. Il regroupe les 323 communes du département de la Loire et le Conseil Départemental. Après avoir contribué au déploiement de la fibre sur le département, SERFIM T.I.C. a remporté l’appel d’offres pour l’installation et le déploiement d’un réseau bas débit utilisé pour l’activation d’objets connectés, appelés aussi IoT (Internet of Things), sur le territoire dont le SIEL assure la gestion. Plongée au cœur d’un nouveau métier pour le groupe…

serfimtic-territoires-connectes
Les objets connectés.

Les objets connectés… On en parle depuis longtemps, et certains d’entre nous en ont déjà à la maison. Comme leur nom l’indique, ce sont des petits capteurs qui permettent de faire communiquer les équipements techniques. Cela peut concerner le chauffage, l’éclairage, la ventilation, les réseaux publics… Ils peuvent, par exemple, faire remonter des données sur la qualité de l’air dans une salle de classe, le niveau de fioul dans une cuve, l’humidité, la température, le bruit, mais aussi le suivi de production d’énergie des panneaux solaires, le service d’aide à la gestion énergétique des bâtiments, le suivi des bornes de recharge électrique et de l’éclairage public et bien d’autres sujets nécessaires à la bonne gestion des équipements publics.
Après avoir été pionnier sur la fibre optique et le très haut débit, le département de la Loire se lance dans le bas débit. À cet égard, il s’agit plus exactement de positionner SERFIM T.I.C. comme prestataire de référence sur la technologie LoRa, technologie de modulation des ondes radio (lire notre encadré).

lorawan-logo
Bernard Laget, vice-président du Département de la Loire et ancien président du SIEL expliquait au magazine Acteurs de l’Économie en début d’année que « l’intérêt de ce réseau permet de connecter des capteurs ou des objets nécessitant une longue autonomie de batterie et ce à coût réduit. Notre objectif étant de doter le département de la Loire d’une nouvelle infrastructure dédiée à 100% à l’internet des objets. Nous souhaitons développer un réseau pour l’ensemble des communes du territoire, avec un serveur commun.»
Ce projet permettra donc aux collectivités locales de mieux piloter et maîtriser leurs politiques publiques en matière d’aménagement du territoire et de transition écologique.

illustration-territoires-connectes

Un nouveau métier pour SERFIM

« C’est un nouveau métier pour nous, que nous développons grâce à ce marché remporté conjointement avec Requea sur la partie logiciel de gestion de l’internet des objets, explique Jérémie Jambon, directeur régional de SERFIM T.I.C. La fibre est un marché mature, dont le déploiement en France entre dans ses dernières phases. Les réseaux bas débit sont, eux, en pleine expansion. Il s’agit d’un secteur d’activité stratégique dans lequel nous entendons bien nous démarquer, forts de notre expertise dans le déploiement de réseaux.»
Le gain de ce marché est donc une véritable opportunité, puisque, depuis, deux autres marchés de même nature ont été remportés, notamment dans la région de Rouen. L’activité IoT vient ainsi compléter le portefeuille de SERFIM T.I.C. aux côtés de la vidéosurveillance, de la fibre, du trafic routier et de la communication numérique.

«L’internet des objets est un sujet d’avenir qui concerne à la fois les collectivités, les entreprises et les particuliers. En 2019, il y avait huit milliards d’objets connectés dans le monde, selon la société de recherche américaine 451 Research, qui prévoit que ce chiffre atteigne 13,8 milliards en 2024, poursuit Marc Charrondière, chef de projet avant-vente. Pour le SIEL, l’enjeu est d’importance puisqu’il s’agit de construire un réseau bas débit dédié aux objets connectés (capteurs) afin de nourrir un tableau de bord de gestion des équipements qui pourra également être mis à disposition des communes adhérentes. Un marché qui est, pour l’instant, l’un des plus importants de France. »

Ce marché a été attribué à l’issue d’un dialogue compétitif de six mois avec quatre tours de négociation qui ont permis aux différentes équipes concurrentes d’affiner leur projet. Pour Marc, ce qui a fait la différence, outre la qualité technique de la réponse, « c’est notre capacité à être à l’écoute des besoins et à y apporter des solutions concrètes et opérationnelles, à la fois dans les outils, leur usage mais aussi le déroulé des processus de déploiement. »
Valérian Wauthier est responsable du service ingénierie logicielle. Pour lui, « les collectivités territoriales sont au démarrage de l’IoT qui sera dans les années à venir un maillon essentiel de la ‘‘ville intelligente’’ via la collecte de la data et la gestion à distance des équipements.» D’autant que le déploiement doit déboucher sur la création d’un catalogue de services destiné aux communes qui pourront ainsi, sur la base du réseau, déployer leurs propres collectes de data. Les études réseau sont en cours de finalisation pour l’implantation de plus de 400 passerelles de communication, un chantier mis en œuvre jusqu’à l’automne 2021.
Demain est déjà là…

SERFIM TIC IoT SIEL

En savoir plus sur la technologie LORA

La technologie LoRa – acronyme de Long Range Radio – est un nouveau protocole sans fil conçu pour la connectivité longue portée et les communications à faible consommation.
Principalement destinée à l’Internet des objets (IoT), cette technologie permettra aux réseaux multi-locataires ou publics de connecter un certain nombre d’applications fonctionnant sur le même réseau.
Une technologie LoRa et le protocole WAN LoRa ouvert permettent des applications IoT intelligentes qui résolvent certains des plus grands défis auxquels notre planète est confrontée : réduction des ressources naturelles, contrôle de la pollution, prévention des catastrophes, gestion de l’énergie, efficacité des infrastructures, etc.